Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le blog de bricetcroc
  • Le blog de bricetcroc
  • : Nous sommes un groupe d'amis à Grenoble qui souhaite partager sa passion pour les plaisirs culinaires, les loisirs créatifs dont l'encadrement, le bricolage et le cartonnage, mais aussi le jardinage en passant par de nombreux trucs et astuces du quotidien.
  • Contact

Vous Cherchez Une Recette ?

Actualités

VISITEURS CHEZ BRICETCROC EN CE MOMENT

Bonne journée à vous,

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

On va vous faire une confidence : on adore les commentaires !!!
Alors faites nous plaisir et laissez nous un petit message  sous les articles que vous aimez...
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 21:18
Pâte à lasagnesPendant les vacances de février, il m'a fallu nourrir, outre mes petits loups habituels, une flopée d'invités affamés par de longues journées de ski. J'ai profité d'avoir sous la main un homme à la cuisine (c'est plutôt rare chez moi, un homme qui vient dans la cuisine autrement que pour demander le menu "qu'est ce qu'on mange ?"), pour faire avec lui de la pâte à lasagnes avec mon Kitchenaid. Pour la "blonde" que je suis, il me fallait être secondée pour cette première ! C'est donc avec Philippe, mon beau-frère que j'ai entrepris l'expérience. Je dois avouer que c'est très simple et le résultat gustatif est positivement différent des autres pâtes du commerce. 

Il suffit de mélanger 500 g de farine, 5 oeufs , 1 c.s à soupe d'huile d'olive
Recette tirée du livre de mon robot :

Mettre la farine, les oeufs et l'huile dans le bol du Kitchenaid équipé du batteur plat.
Battre vitesse 1 jusqu'à l'obtention d'un mélange homogène. Remplacer le batteur plat par le crochet pétrisseur et augmenter la vitesse à 4 progressivement 5 à 8 minutes pour obtenir une pâte fine et élastique.
Envelopper la pâte dans un film alimentaire et laisser reposer au frigo durant 1 heure au moins.

Installer le rouleau lamineur sur la Kitchenaid. Régler en position 1. Découper la pâte en 8 parts et passer chaque part dans les rouleur sur vitesse 2 puis replier la pâte en 2.
Répéter cette opération 4 à 5 fois. Lorsque la pâte ne colle plus mettre le bouton en position 2 et refaire passer la pâte entre les rouleaux sans la plier. 4 à 5 fois sur chaque position jusqu'à ce que la pâte arrive à l'épaisseur voulue. Répéter la même opération avec toutes les parts de pâtes. Ensuite découper les feuilles de pâtes en forme de rectangles.

Simple, non ?
Jehanne

Repost 0
Published by BRICETCROC - dans Côté cuisine
commenter cet article
10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 17:06
Pour compléter l'excellente recette du gâteau de Savoie de la rubrique "coté cuisine" de ce blog, un peu d'histoire avec cet article qui est tiré du Recueil de la GASTRONOMIE SAVOYARDE aux éditions DELTA 2000
(collection à recommander à tous les passionnés de cuisine):

" Sans vouloir affirmer que le gâteau de Savoie est un des éléments les plus anciens de la cuisine occidentale, on peut dire que son origine remonte à plusieurs siècles. Les anecdotes s'y rapportant se situent dés le 14°siècle.
 
- Pierre de Yenne, bâtard d'Amédée V l'aurait crée le premier avant 1343.
 
- A Chambéry en 1416, Amédée VIII l'aurait fait faire par Jean de Belleville dans une forme représentant son duché pour l'offrir à l'empereur Sigismond.
 
- Le Comte Vert serait sorti tout harnaché d'un immense gâteau de Savoie lors d'un Banquet.
 
Il est des références trés sûres:
 
- En 1655 dans "les délices de campagne" de Nicolas de Bonnefont on relève: des oeufs, sucre, farine, une pincée d'anis: biscuit du Piémont; le gâteau de Savoye c'est la même chose que ci-dessus mais il se fait plus large ".
 
-Dans la deuxième moitié du 17°siècle le Sieur de la Varenne, écuyer de cuisine du Marquis d'Uxelles comptabilise l'acquisitionde : " moules faits exprés pour le gateau de Savoye ".
 
- Dans le Dictionnaire Economique (1741) de Noël Chomel, curé de Saint-Vincent à Lyon : "pour faire un bon gâteau de Savoye, il faut fouetter les blancs à part ".
 
- On relève aussi dans un menu de souper du Régent où aprés un premier service de 175 plats "des gâteaux de Savoie" figurent dans le deuxième service de 166 plats.
 
- En 1745 il est au menu du banquet servi à sa majesté le roi Louis XV à l'hôtel de ville de Paris parmi 40 entremets froids. "

Bernard. 
 
Repost 0
Published by bricetcroc - dans Côté cuisine
commenter cet article
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 17:23

Pour 4 personnes
50 grs de farine de châtaigne   100 grs de farine complète   130 grs de sucre    3 oeufs    125 grs de beurre
1/2 sachet de levure   sel
Faire fondre le beurre et laissez-le refroidir. Préchauffer le four à 220° (th 7-8)   Fouettez les oeufs avec le sucre et le sel. Ajoutez les deux farines, la levure et le beurre fondu, mélangez.  Beurrez des petits moules individuels et remplissez-les de préparation. Enfournez-les. Faites cuire cinq minutes, puis baissez le four à 200° (th 6-7) et poursuivez la cuisson pendant  six à sept minutes. Démoulez les madeleines sur une grille et laissez-les refroidir. Voir dans les trucs et astuces.... comment réussir la petite bosse de la madeleine !...
Maryvonne

Repost 0
Published by bricetcroc - dans Côté cuisine
commenter cet article
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 14:39

Les Varçois et les habitants des alentours, connaissent trés bien notre grand maître patissier 
             Monsieur MARTINET
Qui nous a régalé avec ses gâteaux, frangipanes, chocolats etc.....
Voici la recette de ses madeleines
            Pour 30 à 35 pièces
200 grs de sucre semoule   4 oeufs    50 grs de lait   250 grs de farine   1 sachet de levure  125 grs de beurre fondu
Parfum : vanille ou citron
Chauffer le four à 200°   Mélanger le sucre, les oeufs et le parfum cchoisi. A l'aide d'une spatule, incorporez la levure et la farine tamisée  Pour terminer, ajoutez le lait mélangé au beurre fondu. Laissez reposer la pâte environ 30 mn.. Avec une cuillère à soupe (ou une poche de pâtissier), garnissez les moules beurrés au 2/3. Enfournez à 200°, puis baissez le thermostat à 180°
. Dès que les madeleines ont gonflé et sont devenues blondes, sortez-les du four
Maryvonne

Repost 0
Published by bricetcroc - dans Côté cuisine
commenter cet article
6 février 2010 6 06 /02 /février /2010 16:11

Potée LorraineAvec ces grands froids, nous avons envie de potées, choucroutes, etc..... 
Cette potée me plaît car il y a des haricots blancs, mes convives sont ravis aussi.
 Préparation      45 mn     Cuisson                   3 h
                          Pour 8 personnes              
 2 kg de palette demi-sel       800 grs de travers de porc  demi sel    500 grs de poitrine fumée
 1 bouquet garni    1 oignon piqué de 2 clous de girofle   2 gousses d'ail   2 saucisses de morteau
 1 chou frisé   8 poireaux   8 carottes   8 navets    8 pommes de terre     250 grs de haricots blancs

            Sel   poivre en grains
                            FAIRE TREMPER LA VEILLE LES HARICOTS BLANCS
            Faites dessaler les viandes demi-sel 4 h à l'eau froide, puis égouttez-les. Faites chauffer une grande quantité d'eau dans un faitout, mettez-y la palette, le travers et la poitrine. Dés la reprise de l'ébullition, faites frémir 5 mn.Egouttez les viandes, videz le faitout et refaites bouillir la même quantité d'eau, remettez  les viandes, écumez, ajoutez le bouquet garni, 10 grains de poivre, l'oignon, les gousses d'ail pelées (pour ma part je les laisse en chemise) et laissez mijoter 1 h à couvert. Pendant ce temps, préparez les légumes, effeuillez le chou, jetez les premières feuilles et faites blanchir les autres quelques minutes dans de l'eau bouillante, puis rafraîchissez-les sous l'eau froide et égouttez-les. Pelez les carottes, les navets, les pommes de terre et les poireaux. Après 1 h de cuisson des viandes, ajoutez les carottes, les navets, les feuilles de chou, les poireaux, les haricots blancs et poursuivez la cuisson 1 h 30.Au bout de ce temps, ajoutez les pommes de terre et les saucisses après avoir fait quelques trous d'épingle dans la peau, puis laissez cuire encore 30 mn. Rectifiez l'assaisonnement, disposez  viandes et légumes dans un grand plat et servez aussitôt.
                              VIN : Le bon accord: un pinot blanc  d'Alsace 
  Maryvonne

Repost 0
Published by bricetcroc - dans Côté cuisine
commenter cet article
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 16:24

100 grs de farine   100 grs de fécule de pomme de terre   6 oeufs  250 grs de sucre fin (pour ma part 200 suffisent)
Arôme au choix, zeste de citron, fleur d'oranger etc.........
La façon de procéder est surprenante, mais bien exécuter la recette dans l'ordre
:

Préchauffer le four th 6 ou 180°. Monter les blancs en neige. Verser doucement le sucre tout en continuant de battre. Incorporer les jaunes un à un. Tamiser la farine et la fécule, l'incorporer doucement au mélange précédent. .Beurrer un moule à manquer et le CHEMISER DE SUCRE.  Verser le ruban de pâte dans le moule. Cuire 30 à 45 mn. Contrôler avec la pointe du couteau si la gâteau est cuit. Démouler chaud. C'est tellement léger que nous avons l'impression de manger de la neige, il fond dans la bouche. Vous pouvez très bien le couper en deux et y incorporer de la confiture ou une autre garniture de votre choix.
Maryvonne

Repost 0
Published by bricetcroc - dans Côté cuisine
commenter cet article
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 13:12

LIMONCELLOLe limoncello est un digestif qui vient à point-nommé à la fin d'un bon repas.

Ingrédients:
- 1 Litre d'alcool à 90° (vente en pharmacie)
- 8 Citrons non traités
- 1 Kg de sucre en poudre
- 1 L d'eau

Ustensiles:
- 1 Couteau de cuisine non dentelé et une paire de ciseaux.
- 1 Contenant en verre transparent assez grand avec couvercle genre saladier, cocotte ou bocal.

Préparation:
- Prélever les zestes des citrons (sans le blanc car il est amère) à l'aide du couteau de cuisine.
- Les découper délicatement aux ciseaux en petits morceaux de 2 à 3 millimètres.
- Mettre l'alcool dans le contenant choisi, y verser les morceaux de zeste et couvrir hermétiquement.
- Laisser macérer environ 3 semaines, si possible à la lumière du jour, en remuant la préparation tous les 2 jours.

Vous allez voir rapidement l'alcool prendre une belle couleur citron !!!

- Au terme de la macération filtrer l'alcool à travers un linge propre (un filtre à café peut très bien faire l'affaire) puis presser les zestes (devenus presqu'aussi durs que du plastique) à travers un autre linge pour en récupérer l'essence.
- Faire tiédir l'eau, y verser le sucre en poudre, remuer lentement (le mélange devient trouble), alors que la température va monter, à un moment le mélange va devenir transparent, arrêter immédiatement la cuisson puis laisser refroidir le sirop.
- Mélanger l'alcool et le sirop refroidi puis mettre en bouteille, on obtient avec ces ingrédients environ 2,25 litres de Limoncello.

Le Limoncello peut être consommé sans vieillir, prendre soin de le transvaser dans une petite bouteille de verre qui ferme bien, sans trop la remplir, que l'on peut laisser en permanence au congélateur.

A consommer glacé en verres à liqueur avec modération.

Astuce:
Presser ces citrons amputés de leur zeste puis verser le jus dans des verres du type Duralex (à mi-hauteur) et déposer au congélateur.  Enlever les glaçons des verres et les mettre individuellement dans des sacs en plastique pour utilisation ultérieure (jus, tarte, sauce...)

Bernard. 

Repost 0
Published by bricetcroc - dans Côté cuisine
commenter cet article
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 12:03
Il y a quelques semaines, j'ai eu une envie irrésistible de faire un poulet au citron (suite à un plat du même genre commandé au restaurant mais décevant au niveau gustatif). J'ai cherché sans résultat une recette satisfaisante et facile alors je me suis mise aux fourneaux en cherchant l'inspiration autrement. 

Liste des courses :
- 500 g de filets de poulet découpé en morceaux
- 4 citrons non traités
- 1 kg de pommes (type chantecler)
- huile d'olive, sel, poivre

La veille faire mariner les morceaux de poulet dans le jus des citrons (rajouter le zeste d'un citron) avec de l'huile d'olive, du sel et du poivre. 
Faîtes revenir les pommes coupées en morceaux dans beurre et huile, sel, poivre et un soupçon de sucre (une pincée). Elles doivent rester fermes. Réservez.
Faîtes revenir le poulet à feu doux, juste le temps qu'il faut : le poulet trop cuit est cahoutchouteux. Rajoutez les pommes qui permettent d'adoucir l'acidité du citron. Rajoutez la marinade à la fin. Servez avec de la semoule. Bon appetit. 
A bientôt pour la photo.
Jehanne
 
Repost 0
Published by bricetcroc - dans Côté cuisine
commenter cet article
3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 13:09

J’ai essayé plusieurs recettes de « desparate macaronnier», mais je reviens vers celle de Lorette pour leur goût et leur présentation. Elle a le mérite d’avoir beaucoup plus essayé que moi et d’avoir fait le résumé de ce qu’elle a vu et entendu. L'idée est de retranscrire fidèlement sa recette mais en y joignant le résultat de mes propres expériences.

Le choix est donc ici de les faire à la meringue italienne : cela peut paraître compliqué mais ce n’est pas ce qui m’a semblé le plus insurmontable.

La première fois, vous en aurez des fissurés (à la manière des macarons de Nancy) des « sans » collerettes, des aplatis, des penchés… mais il ne faut pas désespérer et remettre 100 fois votre cœur à l’ouvrage.

En revanche, plusieurs tours de mains ou astuces sont essentiels : le four ( à chaleur ventilée), la façon de macaronner (on ne « touille » jamais de la même façon), l’humidité ambiante…L’expérience vous sauvera et encore…

 


Pour 120-150 coques

 - 300 g de tant-pour-tant (150 g de poudre d'amandes blanche + 150 g de sucre glace)

- 150 g de sucre en poudre + 40 g d'eau

- 55 g + 55 g de blancs d'oeufs (un peu vieillis si possible)...

- 1 cs de sucre en poudre

- 2 g de colorant au choix (en poudre)

 


0°/ Préchauffer le four à 155°.

1°/ Faire cuire 150 g de sucre en poudre et l'eau à 118-120°. Pendant ce temps, monter 55 g de blancs d'oeufs avec 1 cs de sucre en poudre et laisser tourner le fouet à vitesse moyenne. Verser un fin filet de sirop à 118° et continuer de fouetter à vitesse rapide jusqu'à ce que la meringue tiédisse.

2°/ Pendant le refroidissement de la meringue, tamiser le tant-pour-tant et ajouter 55 g de blancs d'oeufs. Bien remuer à l'aide d'une maryse pour obtenir une pâte d'amandes. Colorer à l’aide de colorant alimentaire (utiliser de préférence les colorants en poudre en très petite quantité car le pouvoir colorant est fort) ou poudre de cacao café ou laisser neutre.

3°/ Ajouter la meringue tiède à la pâte d'amandes en deux fois et macaronner : incorporer les deux masses à l'aide d'une maryse en partant du centre et en revenant sur les bords. Travailler cette pâte pour obtenir une masse semi-liquide qui forme un ruban.

4°/ Dresser les macarons à l'aide d'une poche à douille munie d'une douille n°10 ou no8 sur des plaques perforées recouvertes de papier sulfurisé (un gabarit posé dessous le papier peut aider les débutants).

 Taper légèrement les plaques pour étaler les macarons et enfourner chaque papier sulfurisé disposé sur 2 plaques perforées posées l'une sur l'autre pour une meilleure répartition de la chaleur et froides pendant 12 minutes. Laisser refroidir et décoller. Garnir à sa convenance.

L’idée des 2 plaques perforées revient souvent chez les macaronneuses. Parfois même elles en superposent 3. J’ai pour ma part tout essayé et tout dépend de trop de choses pour tirer des conclusions alors je suis les premiers conseils reçus. Attention, si on doit faire plusieurs fournées, les plaques doivent être refroidies entre temps.

Vous entendrez aussi parler de croûtage selon les recettes : mais ici aussi l’expérience vous guidera. Lorette ne fait pas croûter et dresse ses macarons au fur et à mesure afin d’éviter les fissures et l’absence de collerette. De plus ils restent plus brillants.

 On peut rajouter avant cuisson de la poudre de cacao, coco, sucre coloré  (en saupoudrant légèrement les coques avec une passoire fine) ou de la feuille d’or ou après cuisson du spray doré par exemple…

 Les macarons se détachent facilement lorsqu’ils ont un peu refroidis. Mercotte met quelques gouttes d’eau entre la plaque et le papier sulfurisé pour faire détacher les macarons. Il y a risque d’humidifier la coque…A vous de juger…

 Le problème du four est essentiel : il vous faudra plusieurs essais à moins que vous ayez la chance du débutant. Si c’est le cas notez bien ce que vous avez fait. Pour ma part, la chaleur tournante est satisfaisante. J’ai plus de « râtés » en chaleur traditionnelle. Certains recommandent de tourner la plaque à mi-cuisson. Pourquoi pas ? je n’ai pas essayé par peur de faire retomber la collerette. A vous maintenant. Les garnitures feront l'objet d'un prochain article. 

Jehanne 

 

 

 

Repost 0
Published by bricetcroc - dans Côté cuisine
commenter cet article